La revue 2015 est sortie…

La revue 2015 N°46 a été dévoilée lors de l’assemblée générale du 10 juin 2015. Forte de plus de 200 pages vous pouvez consulter son sommaire, puis l’imprimer: c’est ici.

La revue est également disponible:P6090439
à Argeles Gazost
– local de l’association, Chalet Alicot
– la librairie pyrénéiste, chez Mr Bégué
à Adast
–  chez Michelle Galan

à Arras-en-Lavedan
 –  chez Christian Parrou
à Arrens-Marsous
–  maison de la presse
à Cauterets
–  librarie, chez Mr Blondet
ou par correspondance: fiche adhésion

L’Assemblée générale et quelques informations sur les ouvrages en chantier

 L’Assemblée générale aura lieu le mercredi 10 juin à 15h à la salle Jean Bourdette.

En ce début d’année, nous vous rappelons que plusieurs ouvrages sont terminés ou en chantier. Tout d’abord, l’ouvrage de Martine Cazabonne, « De porte en porte dans le Val d’Azun » est à l’impression et sera en principe disponible le jour de l’Assemblée générale.
Le Conseil d’administration a décidé la publication de deux volumes sur l’histoire d’Argelès-Gazost, le premier traitant de l’origine à la Révolution qui paraîtrait en fin d’année. Le second qui traitera des XIX et XXe siècles est prévu pour la fin d’année 2016. Le troisième livre traiterait de « La peste en Bigorre et Quatre Vallées de 1652 à 1655« . Il paraîtrait courant de l’automne .
Marie-Paule Mengelle prépare aussi un ouvrage « Chronique sur le village oublié de Cauterets sous l’Ancien régime » publié au dernier trimestre, aux éditions Mon Hélios.

La revue 2015, sommaire bouclé, rejoint l’imprimerie

2015-finalLa revue 2015 sera présente dans les bacs, selon l’expression consacrée, lors de l’assemblée générale de juin. Le passage à l’imprimerie est en cours. Celle-ci est située à Mercues dans le lot.

En avant première, enfin d’aiguiser vos neurones, voici la première de couverture dessinée par Philippe Duvocelle ainsi que le sommaire de cette revue portant le numéro 46. La découverte approche à grandes enjambées.

Téléchargez le sommaire de la revue 2015

Voici le sommaire:

Hommage à Georges Peyruc
Georges Peyruc a fondé et présidé la SESV de 1974 à 2002 avant d’en devenir son Président d’honneur. Son parcours professionnel, son action au sein de la SESV et sa bibliographie qui comporte 84 articles sont ici évoqués.

La découverte d’un biface à Artalens-Souin.  –  Frédéric Lafargue
La découverte d’un tel outil préhistorique, caractéristique du paléolithique inférieur et dans une moindre mesure du paléolithique moyen, semblait a priori peu probable dans notre vallée. Et pourtant, M. Flies a trouvé ce biface le 23 octobre 2013, au bord d’un chemin à Artalens-Souin. Description de cet outil.

Les ardoises gravées du Castet Naü d’Azun à Arras-en-Lavedan (Hautes-Pyrénées)  –   Pierre et Jacques Omnès, Jean-François Le Nail
De très nombreuses ardoises gravées servant de support à des jeux, gravées aussi de différents motifs et en particulier d’un texte où il est question du marché d’Argelès à la charnière des XIV et XVe siècles ont été retrouvées dans les déblais lors de leur évacuation.

Mur à abeilles  –  Marie-Paule Mengelle
Découverte d’un rucher du type mur à abeilles à Boô-Silhen.

Un “boeÿrach” et un fer de “matràs” dans une maison de Marsous.  –  Robert Borie
Lors de travaux de rénovation, dans l’encadrement d’une fenêtre ont été découverts un “boeÿrach” (réserve de flèches d’arbalète) et un “matràs” (fer de flèche d’arbalète).

Le moulin fortifié de Pruède à Lourdes.  –  Jacques et Pierre Omnès
Historique des diverses actions et plaidoyer pour la sauve-garde de ce moulin.

Les archidiacres du Lavedan pendant la guerre de Cent ans : le cas d’Hélie Pileti en 1392.  –  Abbé François Couderc
Quels sont les archidiacres de Lavedan pendant la guerre de Cent Ans et le grand schisme d’occident ? Ces chanoines sont la plupart du temps des clercs extérieurs au diocèse de Tarbes, certainement à cause de l’influence des français pour le contrôle du chapitre cathédrale, mais le camp anglo-gascon réagissait : Hélie Pileti est un exemple de cette offensive.

L’administration communale et valléenne sous l’Ancien Régime  –  Christian Parrou
Les dénombrements reconnaissent les consuls dans les communautés. Leur désignation, leurs prérogatives sont définies dans des actes notariés (exemple d’Arrens) ; ils sont secondés par les patrouilles pour l’exercice de la police. Les comptes consulaires nous renseignent sur la gestion des biens communautaires.

Foulons et scieries  –  Nicole Frigout, Christian Parrou
Les moulins foulons et les scieries dans les actes notariés.

Notes pour servir à l’histoire d’Arcizans-Dessus  –  Nicole Frigout
Monographie de ce village de la Vallée d’Azun.

Remarques sur la monographie de Grust en 1887  –  René Escafre
Présentation de la monographie et de la coutume du village en 1607.

Charivaris, brenades, asouades dans les Hautes-Pyrénées  –  René Escafre
Après avoir défini le pourquoi de ces manifestations festives et bruyantes, quelques exemples trouvés dans diverses archives.

De la Vallée des Gaves aux Antilles au XVIIIe siècle  –  Jeannette Legendre
Au fil des décennies, l’océan n’est plus une barrière au rêve des aventuriers les mieux informés.

Quand l’aménagement forestier de la forêt syndicale de St-Savin traitait de la vie à Cauterets à la fin du XIXe siècle  –  Michel Bartoli
Les aménagements forestiers donnent de précieuses indications sur les conditions de la vie d’antan d’une communauté donnée et à leur résultante, les paysages. Si cet aspect a tant de place dans ce document c’est qu’il date d’une époque pendant laquelle la forêt fournissait l’indispensable bois énergie et était un non moins indispensable espace de pâturage. La forêt faisait alors partie du quotidien des Cauterésiens.

L’évolution sociale et politique des conseillers généraux haut-pyrénéens (1800 – 2015)  –  Jean Courtadet
Les conseillers généraux du début du XXIe siècle ne sont plus les “grands notables” représentants des grandes fortunes du XIXe siècle, ni les “notables républicains” de l’ancienne société rurale. Issus du terrain ils se sont généralement fait connaître et apprécier de leurs concitoyens pour leur action municipale, associative ou syndicale dans leur canton.
Le premier président du Conseil général revendiquait l’affranchissement de l’autorité préfectorale dès le début du XIXe siècle. Les lois Deferre (1982) et d’autres par la suite, ont accordé autonomie et pouvoirs politiques dans un cadre progressivement démocratisé par quatre républiques depuis1848.

Notes intimes de Jean-Pierre Rondou. Année 1915  –  Jean-Pierre Rondou
Pendant la première guerre mondiale, les événements ayant marqué le village de Gèdre, l’année 1915.

De valeureux enfants de notre vallée, 1914-1918  – Marie-Thérèse Rost
De nombreux prêtres ou soeurs ont participé à la première Guerre Mondiale et s’y sont distingués.

Le Balaïtous (3144 m.), géomorphologie et botanique.  –  Guy Dussaussois, Patrick Viala
Etude de la nature géologique et des phénomènes glaciaires du Balaïtous, massif pyrénéen ayant conservé un climat océanique polaire après les glaciations quaternaires. Sa végétation arcticoalpine et boréomontagnarde, est majoritairement steppique en altitude. Inventaire détaillé et localisé de la flore, riche de 346 espèces végétales, algues, mousses, lichens, fougères et plantes supérieures.

Regards sur le Parc Thermal 2015.  –  Jean-Pierre Ninin-Barus, Marie-Thérèse Rost
Historique de ce parc retracé à partir de documents iconographiques. Les grilles du parc, produit de la fonderie du Val d’Osne.

Le retour des reliques de Saint-Orens à Villelongue.  –  F. et M. Galan, M. Ruopoli
Dérobées en 2002 et mystérieusement réapparues au printemps 2014, les reliques du Saint ont retrouvé leur reliquaire au cours de la cérémonie du 15 août 2014. Ce fut l’occasion de rappeler la vie de Saint Orens, de relater le parcours de ses reliques d’Auch, à St Sever, St Orens et Huesca.

Chronique d’Aragon.  –  Patrick Ferant
La journée de l’herbe et du pré 2014 ; commission syndicale de la Vallée du Barège ; le 31 mai 2014, rencontre intersyndicale franco-espagnole à Gèdre ; la commission syndicale de la Vallée de Saint-Savin et le Quiñon de Panticosa ; le pèlerinage de la Fache ; Firmin et les Prozous ou comme quoi tout est relatif.

Le savoir… fer  –  Michèle Dehaine
Bref résumé de l’histoire des fers à repasser

Georges Peyruc, notre Président d’honneur,nous a quittés

C’est avec une grande émotion que nous avons appris le décès de Georges Peyruc en ce 18 novembre 2014. La cérémonie des obsèques a été célébrée à Argelès-Gazost le vendredi 21 novembre et le lundi 24, il a été inhumé à Graulhet (81), sa terre natale.

 Retraçons son action au sein de notre Société :Georges Peyruc

Le 15 février 1974, avec un groupe de jeunes passionnés d’archéologie, Georges Peyruc fonde, en vue de la remise en valeur de l’abbaye de Saint Orens, la Société de recherches historiques et archéologiques du Lavedan dont il prend la présidence. Après qu’un détachement du ler Régiment de hussards parachutistes ait effectué le déblaiement des ruines, les membres de la Société viennent y travailler régulièrement. Quelques sondages débouchent sur une fouille programmée d’une dizaine d’années.

En février 1978, par mutation, la Société devient Société d’Etudes des Sept Vallées qui, tout en maintenant le pôle archéologique avec l’achat, en 1979, d’une partie des ruines de la chapelle de l’abbaye, approfondit le côté historique, ethnographique du Lavedan et du Pays de Barège. Entouré d’une solide équipe, composée entre autres de Georges Saves, Bernard et Nelly Pousthomis, Jean-Pierre Bove, Christiane Aragnou, Jean-Michel Launay, Jean Courtadet, Janine Plana, les familles Parrou et Galan, c’est la création de la revue Lavedan et Pays Toy. Cette revue, très artisanale au départ dans sa fabrication, s’est petit à petit étoffée pour devenir une revue reconnue par les différentes sociétés savantes de Midi-Pyrénées et appréciée des adhérents.
Très attaché à son Tarn natal, tout en dirigeant la Société, Georges se passionne aussi pour le Lavedan et le pays de Barège et avec, pas moins de 87 articles, il participe à la revue. II est aussi l’auteur de l’ouvrage « Le pays de Lavedan » et, en collaboration, de la publication « Thermalisme et climatisme dans les Pyrénées ». En 1985, il œuvr
e aussi à la création de la section de généalogie.
Fatigué, en 2002, il souhaite se mettre en retrait et sera nommé Président d’honneur de la Société d’Etudes des Sept Vallées.
Avec son départ, la société perd son fondateur mais garde son esprit et poursuivra son œuvre. Nous garderons de Georges sa disponibilité, sa rigueur dans le travail, pour tout dire, son
humanisme.

Le Bureau de la SESV