Georges Peyruc, notre Président d’honneur,nous a quittés

C’est avec une grande émotion que nous avons appris le décès de Georges Peyruc en ce 18 novembre 2014. La cérémonie des obsèques a été célébrée le vendredi 21 novembre à Argelès-Gazost et l’inhumation le lundi 24 à Graulhet (81)  sa terre natale.

 Retraçons son action au sein de notre Société :Georges Peyruc

Le 15 février 1974, avec un groupe de jeunes passionnés d’archéologie, Georges Peyruc fonde, en vue de la remise en valeur de l’abbaye de Saint Orens, la Société de recherches historiques et archéologiques du Lavedan dont il prend la présidence. Après qu’un détachement du ler Régiment de hussards parachutistes ait effectué le déblaiement des ruines, les membres de la Société viennent y travailler régulièrement. Quelques sondages débouchent sur une fouille programmée d’une dizaine d’années.

En février 1978, par mutation, la Société devient Société d’Etudes des Sept Vallées qui, tout en maintenant le pôle archéologique avec l’achat, en 1979, d’une partie des ruines de la chapelle de l’abbaye, approfondit le côté historique, ethnographique du Lavedan et du Pays de Barège. Entouré d’une solide équipe, composée entre autres de Georges Saves, Bernard et Nelly Pousthomis, Jean-Pierre Bove, Christiane Aragnou, Jean-Michel Launay, Jean Courtadet, Janine Plana, les familles Parrou et Galan, c’est la création de la revue Lavedan et Pays Toy. Cette revue, très artisanale au départ dans sa fabrication, s’est petit à petit étoffée pour devenir une revue reconnue par les différentes sociétés savantes de Midi-Pyrénées et appréciée des adhérents.
Très attaché à son Tarn natal, tout en dirigeant la Société, Georges se passionne aussi pour le Lavedan et le pays de Barège et avec, pas moins de 87 articles, il participe à la revue. II est aussi l’auteur de l’ouvrage « Le pays de Lavedan » et, en collaboration, de la publication « Thermalisme et climatisme dans les Pyrénées ». En 1985, il œuvr
e aussi à la création de la section de généalogie.
Fatigué, en 2002, il souhaite se mettre en retrait et sera nommé Président d’honneur de la Société d’Etudes des Sept Vallées.
Avec son départ, la société perd son fondateur mais garde son esprit et poursuivra son œuvre. Nous garderons de Georges sa disponibilité, sa rigueur dans le travail, pour tout dire, son
humanisme.

Le Bureau de la SESV